logo SanTdige

Ensemble pour la SANTE DIGESTIVE

soutenez-nos-actions


Quelques chiffres clés en France

foule

1er motif d'hospitalisation,

près 20% des français sont atteints d'au moins une maladie digestive ou du foie*,

70 000 malades en meurent chaque année,

1 cancer sur 4 est un cancer du tube digestif, du foie ou du pancréas (40 000 décès/an),

près 600 000 personnes sont infectées par le virus de l'hépatite C (10 000 décès/an)

* cancers non pris en compte

 

Une Fondation d'entreprise, pour pour développer la recherche et améliorer la prise en charge des maladies digestives
Accueil Les maladies digestives

picto-santdige

Les maladies digestives,
UN ENJEU MAJEUR DE SANTE PUBLIQUE

.......................................................

Cancers, pathologies liées à l'alcool ou aux virus de l'hépatite B et C, maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (dont la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique), urgences digestives, reflux gastro-oesophagien, troubles fonctionnels intestinaux, affections proctologiques... On recense plus de 800 maladies digestives.


De nombreux facteurs de risque influencent ces maladies : les agents infectieux, les modes de vie (précarité, alcool, tabac, toxicomanie, sexualité, alimentation, surpoids et stress) et l'âge. Le tube digestif peut être également particulièrement touché dans d'autres maladies comme l'obésité ou encore les maladies neurodégénératives (maladie de Parkinson...).

 

Bien souvent associées à une diminution de l'espérance de vie et/ou une altération majeure de la qualité de vie des malades et de leurs proches, les maladies digestives ont un coût humain et sociétal élevé. Aujourd'hui près de 2 français sur 10 en souffrent. La fréquence de ces maladies devrait encore augmenter dans les années à venir en raison notamment du vieillissement de la population.


Ces 20 dernières années, la prise en charge des maladies digestives a bénéficié d'importants progrès diagnostiques, thérapeutiques ainsi que technologiques avec le développement de l'endoscopie, de la cœliochirurgie et de la chirurgie mini-invasive. Pourtant,
beaucoup reste à faire, en particulier au niveau de la recherche actuellement insuffisamment développée, en France, au regard de l'enjeu majeur de santé publique que ces maladies constituent.